SAS ou SARL : le statut le plus avantageux pour vous en fonction de votre situation

Lorsqu’on envisage une création d’entreprise ou de société, on entend généralement parler de situation sociale. Il est d’ailleurs beaucoup plus commun d’entendre parler de Sas et de SARL. À un moment donné, il est indispensable de choisir si on veut une société créée dans les règles de l’art. Mais avant de faire un choix, connaître le statut le plus avantageux serait un grand atout. Découvrez ici le statut le plus avantageux entre la SAS et la SARL.

Comment définir une SAS et une SARL ?

Considérée comme une société par actions simplifiées, là SAS est une société commerciale. Elle est dotée d’une grande forme de souplesse dans son fonctionnement, mais surtout dans la rédaction de ses statuts.

A lire aussi : Top alternatives à Groupon : sites de deals et réductions en ligne

D’un autre côté, la SARL est une entreprise commerciale également. Sauf qu’ici, il s’agit d’une société à responsabilité limitée. Son fonctionnement diffère assez de celui de la SAS, car plusieurs lois l’encadrent. Ici, chaque associé à une responsabilité limitée d’une somme de son apport.

 Quelles sont les principales différences entre SAS et SARL ?

Bien que les deux sociétés aient beaucoup de points communs, il existe une multitude de différences entre elles. D’abord, la SAS ne limite pas l’entrée de ses actionnaires. Elle accepte un nombre illimité d’actionnaires, ce qui n’est pas le cas au niveau de la SARL. Bien entendu, chez chacun des deux types, il faut au minimum 1 actionnaire, mais la SARL n’autorise pas plus de 100.

Lire également : Quel est le cours du fer aujourd'hui ?

Ensuite, au niveau de la SAS, la libération partielle du capital social à l’immatriculation de la société est fixée à un minimum de 50%. Pendant  ce temps, il est fixé à 20% au niveau de la SARL. Par ailleurs, la SARL ne dispose généralement que d’un gérant au moment où là SAS autorise un président et d’autres organes de directions régi par les statuts.

Enfin, là SAS privilégie au sein de sa direction la communication et l’information pendant que la SARL accepte juste la communication avec une obligation de consultation des PV.

 Quel est le choix le plus avantageux des deux ?

Pendant que plusieurs personnes sont enclines à choisir là SAS, la SARL apparaît comme plus avantageuse pour la minorité des activités. Il est plus qu’évident qu’en matière d’ingénierie sociétaire et financière, là SAS bat le record sur la SARL. Cette qualité qui est due aux réactions assez libres des statuts de là SAS reste néanmoins un souci.

Compte tenu de la similarité des avantages fiscaux auxquels font face les deux types de société, la SARL devient un gros avantage. En réalité, au moment où il surviendrait des problèmes de financement avec les investisseurs privés, là SAS a tendance à mieux s’en sortir. Mais lorsque celles-ci ne sont pas en ligne de mire, la SARL reste la solution la plus adaptée compte tenu de sa facilité de procédure et son ouverture à la nouveauté.

Les avantages et inconvénients de la SAS

La SAS, ou Société par Actions Simplifiée, représente un choix de plus en plus populaire parmi les entrepreneurs. Effectivement, ce statut présente certains avantages non négligeables.

La flexibilité des statuts de la SAS est souvent considérée comme son principal atout. Ceux-ci permettent aux associés de définir librement les règles de fonctionnement et d’organisation de l’entreprise. Il est possible d’adapter la structure selon les besoins spécifiques du projet entrepreneurial.

Le régime social des dirigeants est souvent avantageux dans une SAS. Les associés-dirigeants peuvent choisir entre le régime général de la sécurité sociale ou celui des travailleurs indépendants. Cette flexibilité permet une optimisation fiscale et sociale selon leur situation personnelle.

La responsabilité limitée des actionnaires constitue un autre avantage majeur de la SAS. Effectivement, ceux-ci ne sont tenus qu’à hauteur de leurs apports en capital et ne risquent pas leurs biens personnels en cas de difficultés financières ou juridiques rencontrées par l’entreprise.

Malgré ces nombreux avantages, pensez à bien examiner attentivement certains inconvénients liés à ce statut juridique.

Créer une SAS demande généralement plus de formalités administratives que pour une SARL (Société à Responsabilité Limitée). Il faut rédiger les statuts avec précision afin d’éviter tout litige futur et procéder à différentes démarches auprès du greffe du tribunal compétent.

Pensez à bien la SARL. Il peut donc être plus difficile de lever des fonds pour financer le développement de l’entreprise.

Pensez à bien noter que les dividendes perçus par les actionnaires d’une SAS sont soumis à une fiscalité spécifique. Cela peut impliquer un taux d’imposition plus élevé que celui appliqué aux gérants majoritaires d’une SARL.

Choisir entre une SAS et une SARL dépendra principalement des besoins spécifiques du projet entrepreneurial ainsi que du type d’activité envisagée. La SAS offre davantage de souplesse et permet d’attirer certains investisseurs, mais engendre aussi plus de formalités administratives. À chacun donc d’évaluer ces différents critères afin de prendre la meilleure décision en fonction de sa situation personnelle.

Les avantages et inconvénients de la SARL

Les avantages de la SARL sont nombreux, mais il faut choisir ce statut. Parmi les avantages, on peut citer la possibilité de constituer une société avec un capital social réduit, ce qui rend ce choix accessible à un plus grand nombre d’entrepreneurs. Le régime fiscal des SARL permet souvent une meilleure optimisation de l’impôt sur les sociétés grâce aux différentes options disponibles.

Toutefois, il y a des inconvénients liés à la SARL. L’un des principaux inconvénients est que la gestion est souvent moins souple et moins dynamique qu’en SAS. Les décisions importantes doivent être prises en assemblée générale et cela peut ralentir le processus décisionnel.

Un autre point faible potentiel est que dans une SARL, il y a souvent une implication personnelle plus importante. En effet, chaque associé doit prendre part activement à l’entreprise et cela peut parfois créer des tensions entre les associés lorsqu’ils ont des visions différentes pour l’avenir de la société.

Notons que si vous envisagez une levée de fonds ou l’introduction en bourse à moyen terme, le statut juridique de SARL sera certainement moins adapté que celui de SAS.

vous pourriez aussi aimer